Déclaration suite aux rencontres 2024 à Lyon

Lyon, 4-6 avril 2024

L'eau pour tous, l'eau pour la paix. Lors de sa réunion annuelle, le Mouvement Européen pour l'Eau réaffirme la gouvernance publique et démocratique de cette ressource vitale, qui doit être préservée comme un bien commun contre toute privatisation, marchandisation, guerre et accaparement.

Face aux urgences environnementales, sociales et politiques, le patrimoine naturel et les ressources en eau doivent être sauvegardés par des mesures de prévention et de protection. Face à la pénurie, à la sécheresse et aux inondations, la garantie de l'eau pour tous doit avoir la priorité sur l'utilisation industrielle ou agricole excessive ou illégitime. Il est impératif de restaurer les écosystèmes perturbés/détruits et la qualité de l'eau dramatiquement polluée par les intrants chimiques, les PFAS, les microplastiques, entre autres.À cette fin, il convient de soutenir la transition agro-écologique et d'adopter des mesures strictes concernant l'utilisation et le déversement de produits toxiques.

La mise en œuvre du Droit de Humain à l'Eau et à l'Assainissement pour tous exige que l'eau soit exclue de la libéralisation, de la marchandisation, de la financiarisation et de l'accaparement. La gouvernance de l'eau doit être publique, transparente et participative, avec un rôle actif des citoyens et des travailleurs. Soutenue et accompagnée par des partenariats public-public, elle doit garantir l'accessibilité financière, la qualité des services et l'investissement dans les infrastructures et la maintenance afin de réduire les fuites dans les réseaux.

Les pays qui sont en cours d'adhésion à l'UE, en particulier ceux des Balkans, ne doivent pas être des zones sacrifiées. Leurs masses d'eau font partie du système hydrique européen et doivent être préservées malgré le risque de projets miniers dévastateurs ; le voisinage de l'UE ne peut être réduit à une simple source d'extraction de matières premières.

Le Mouvement Européen pour l'Eau est extrêmement préoccupé par la situation actuelle de guerre et de crescendo des conflits où l'eau joue un rôle clé. L'eau ne peut pas être utilisée comme un outil géopolitique, ou pire, comme une arme de guerre, comme en Palestine, en Syrie-Irak, en Ukraine, en Turquie et dans d'autres régions. Le Mouvement Européen pour l'Eau réaffirme son soutien indéfectible à ces populations et à leurs réfugiés. Il demande un cessez-le-feu immédiat sur tous les fronts de guerre et s'associe à l'appel " L'eau pour la paix " de l'ONU.

Nous exprimons également notre inquiétude face à la militarisation croissante de la société et nous demandons qu'il soit mis fin à la criminalisation et au discrédit des mouvements de défense des biens communs et des droits fondamentaux et, plus généralement, de la dissidence et de la liberté d'information et d'expression, et que l'on s'y oppose de manière active.

Les exemples ci-dessus ont été exprimés dans une lettre ouverte aux institutions de l'UE, aux représentants élus et aux candidats aux prochaines élections européennes, demandant une reprise immédiate de l'Initiative pour la résilience de l'eau, articulée sur ces points.

Halte aux massacres et aux atrocités à Gaza et dans tous les territoires occupés

Le Mouvement européen pour l'eau (EWM) condamne fermement l'invasion en cours de Gaza, le massacre, les blessures et la mutilation de civils innocents, dont près de la moitié sont des enfants, la privation d'eau, de nourriture, de carburant, de soins médicaux et d'autres produits essentiels, la répression, la ségrégation et la destruction systématique des maisons des Palestiniens dans tous les territoires occupés, et demande :

  • un cessez-le-feu immédiat
  • la fin de toute violence contre la population
  • des corridors humanitaires
  • la fin du régime de colonisation et d'apartheid d'Israël
  • la reconnaissance du droit à l'autodétermination du peuple palestinien.

Lire la suite...

Le Mouvement Européen de l’Eau apporte son soutien aux Soulèvements de la Terre

 

Depuis 2 ans les Soulèvements de la terre mènent ou s’associent à des luttent contre une multitude de projets absurdes et néfastes pour l’environnement et la nature., notamment des projets concernant la question de l’eau comme celui des méga bassines de Sainte Soline.

Face au soutien populaire et à la portée symbolique des leurs actions les Soulèvements de la Terre font l’objet d’une campagne de dénigrement et d’étouffement allant de l’accusation d’éco-terrorisme à la tentative de dissolution par le gouvernement. Cette campagne vient de subir un revers majeur par la suspension de leur dissolution par la justice. Une première victoire car cette décision de fond reste temporaire.

Nous, Mouvement Européen pour l’Eau, partageons non seulement le combat contre les méga-bassines mais au-delà l’idée que les luttes pour la préservation du commun qu’est l’Eau sont intiment liées aux autres combats mis en lumière par les Soulèvements de la Terre. Nous sommes aussi convaincus que ces luttes ne connaissent pas de frontières.

Aussi le Mouvement Européen de l’Eau :

  • Appelle ses membres et tous ceux qui le peuvent à rejoindre le convoi de l’eau en cours et qui arrivera à Paris ce samedi 26 aout;
  • Demande au gouvernement Français de cesser son acharnement et de renoncer à dissoudre les Soulèvements de la Terre;
  • Apporte son soutien total aux Soulèvements de la Terre : https://lessoulevementsdelaterre.org/

Le Mouvement européen pour l'eau condamne le siège de Gaza et appelle au respect des droits humains et du droit international

Le Mouvement européen pour l'eau (EWM) condamne fermement le siège actuel et le refus d'accès à l'eau et à d'autres biens de première nécessité dont est victime la population de Gaza de la part du gouvernement israélien. Nous appelons tous les acteurs concernés à respecter les droits humains et le droit international dans le cadre de leurs actions.

Lire la suite...

Le projet du SEDIF et la politique européenne de l'eau

Communiqué de presse de la Coordination Eau Ile-de-France

Le projet de généralisation de l’Osmose Inverse Basse Pression (OIBP) pour le traitement de l’eau potable du Syndicat des eaux d’Île-de-France (SEDIF) n’est pas viable sous l’angle de la politique européenne de l’eau.

La commission des pétitions du parlement européen a examiné en urgence mardi 18 juillet 2023 une pétition initiée par notre association portant sur le projet de généralisation de l’OIBP pour le traitement du SEDIF et a pris une série de mesures pour la soutenir. Cette action réussie conclut notre campagne menée dans le cadre du débat public qui s’achève le 20 juillet 2023 et ouvre un nouvel axe de lutte pour les prochains mois. Le 20 juillet 2023, la Présidente de la commission des pétitions, Mme Dolors Montserrat, acte dans une lettre de la recevabilité de la pétition et des suites données..

Avec plusieurs co-signataires, nous avons déposé le 12 mai 2023 une pétition portant sur le projet de généralisation de l’OIBP pour le traitement de l’eau potable du SEDIF auprès de la commission des pétitions du parlement européen. Elle est enregistrée sous le numéro 0478/2023 et doit apparaître sur le site web du parlement européen dans les quatre mois suivant le dépôt.

Télécharger la pétition avec les premiers signataires

La Commission des pétitions du parlement européen a examiné la pétition en urgence mardi 18 juillet 2023. La pétition a été présentée par Jean-Claude Oliva (voir son intervention ci-dessous).

Dans sa réponse, le représentant de la Commission européenne a demandé que les autorités françaises réalisent des évaluations environnementales de l’impact du projet du SEDIF sur les masses d’eau et sur les zones Natura 2000 en aval des usines du SEDIF. Son avis détaillé et écrit sera publié dans les prochains jours. Les groupes PPE (droite), socialiste et écologiste ont apporté leur soutien à la pétition. Ils ont souhaité qu’elle reste ouverte sur le site du parlement européen et que la Commission environnement de l’Union européenne soit saisie. A la suite de cette séance, un courrier de la commission des pétitions sera adressé sous quinze jours aux autorités françaises.

Lire la suite...